Dreamcast, still thinking!

Publié le par SunMingZhao

dreamcast

Si je vous dis SH4 ? NEC ? Euh... Windows CE ? Système d'exploitation double ?
Bon allez, Katana ? Dural ? 27 novembre 1998 ? Vous ne voyez toujours pas ?

Je vous le donne en mille : DORÎMUKYASUTO (ou en Japonais : ドリームキャスト)
Mais de quoi parlé-je ? (si, si ça se dit, cherchez sur google, vous verrez =D )

 

Je veux bien entendu parler de la Dreamcast. Allez je vous vois venir : c'est une console de merde, la PS2 était 10 fois mieux avec FF10 et en plus elle est toujours produite en 2011. Certes, mais la PS2 n'a pas démarré tout de suite avec des hits ! En tout cas elle en avait bien moins que chez sa comparse la Dreamcast.

Si vous ne connaissez pas la Dreamcast, laissez-moi éclairer vos chemins de petits padawans incultes (ou pas).

 

La Dreamcast ("Dorîmukyasuto" en Nihongo) est sortie respectivement :
- au Japon, le 27 novembre 1998
- en Amérique, le 9 septembre 1999 (si vous avez fait attention, ça donne la date de 9/9/99 ; car après le 9, c'est le 10 et donc le zéro, car après 1999 c'est 2000 et ça annonce un renouveau tout comme il devrait y en avoir un à une date que vous connaissez bien grâce à / à cause des médias !)
- en Europe, le 14 octobre 1999

 

 

La console a été vendue 29 800Y au Japon, soit chez nous 1 690Frs  (pour les plus jeunes qui nous lisent, ça fait environ 260€ hein :D) ce qui était le prix d'une bonne 360 d'aujourd'hui. A savoir, la Saturn coûtait pas loin de 3 200Frs (soit presque 500€) à sa sortie !

 

 

La Saturn se faisant complètement battre sur les marchés américain et européen, Sega travaille dès 1996 sur le projet d'une nouvelle (et aussi ultime) console de salon. Après les échecs cuisants successifs des Mega-CD, 32X et de la Saturn, les comptes de Sega sont dans le rouge et il leur faut tout de suite trouver une solution de rechange.

 

 

La Dreamcast aura eu une multitude de noms de code avant sa sortie : White Belt, Black Belt, Dural, Dricas, Vortex, Katana, Shark et Guppy (LOL ^^).

C'est la toute première console de 6ième génération ; elle est sortie 1 an et 4 mois (16 mois) avant la PS2 et 3 ans avant la Xbox et la Gamecube (et 7 ans avant la Wii, enfin si on veut car n'oubliez pas que la Wii est une 128 bits) !

C'est dire l'avance commerciale mais aussi technologique qu'elle possédait. La console sera vendue au Japon jusqu'en 2006, car il y avait encore pas mal de stocks et que financièrement cela coûtait moins cher à Sega, au niveau stock, de les vendre au Pays du Soleil Levant, où ils savent que les gros geeks et otakus en tous genres seront prêts à en acheter a contrario de chez nous où la PS2 a massacré la Dreamcast au niveau marketing, tout comme l'avait fait la PlayStation avec la Saturn et la Nintendo 64.

 

 

Les mauvaises langues diront souvent que la Dreamcast fut un échec. FAUX ! Elle s'est vendue à 10,6 millions d'unités et le jeu le plus vendu est Sonic Adventure avec ses 2,5 millions d'unités. Certes la Dreamcast n'a pas fait autant que la Megadrive qui avait cartonné, mais la Dreamcast ne s'est pas mal vendue !

Il en va de même pour Shenmue et Shenmue 2 (que, pour rappel, je traduis avec une équipe) qui se sont relativement bien vendus, mais pas assez pour rentabiliser la dépense colossale du développement qui s'élève à 70 millions de $ !

 

 

A l'époque, pour un jeu vidéo, c'est du jamais vu, et le jeu (puisqu'il s'agit en fait d'une saga) est resté l'un des plus chers jamais créés !

 

 

La Dreamcast fut également la première console a lancé un service online avec le Dreamarena (en Europe). Malgré le fait que nous, européens, avions un 33k et qu'aux USA et au Japon ils avaient un 56k, ces 2 capacités de transfert paraissent aujourd'hui minables mais à l'époque il n'y avait pas besoin de plus ! Vous pouviez très bien jouer à Phantasy Star Online avec un 33k et ça ne ramait pas. Personnellement, vu que les serveurs officiels sont tous down, il est toujours possible de s'y connecter avec un modem classique ou encore mieux, avec le BBA de la Dreamcast. J'en ai acheté un et c'est très pratique. Par contre, comptez entre.... 80 et 100€ XD ah oui la passion ça se paie !

 

 

La Dreamcast se reconnaît facilement par sa spirale en escargot de couleur rouge-orange (au Japon et aux USA) et bleue en Europe (une société allemande du nom de Tivola possède un logo similaire et pour éviter des problèmes, Sega a changé tout simplement la couleur).

 

 

Cette spirale représente différents concepts : l'éternité, le rond qui symbolise qu'une chose n'a ni de début ni de fin. Il est vrai que comme l'entreprise Big Ben Interactive le disait dans une pub de l'époque "Conçue pour durer !" ; bon d'accord elle n'a pas assez duré certes, mais elle a suffisant duré pour nous faire profiter de jeux énormes ! Sachez qu'à titre de comparaison, sur Dreamcast il y a 95% de bons jeux et 5% de jeux à chier. Sur Wii par contre c'est presque l'inverse (presque je dis bien).

 

 

La catalogue des titres Dreamcast est tout bonnement gigantesque pour une console qui a été commercialisée dès fin 1998 jusqu'à la mi-mars 2001. Pour autant, les jeux ont continué et continuent encore, même en 2011, à sortir sur cette bécane. Certes la console a connu depuis 2003 une série de shmups et le prochain sur la liste est Sturmwind (prononcé Chtourme Vinnede), créé par les allemands "Duranik" qui le publieront via redspotgames.com ; la Dreamcast aurait cependant pu survivre si des titres comme Resident Evil 4 (pas celui qu'on connaît), Half-Life, GTA 3 et s'il y avait eu des FIFA (Electronic Arts) et pourquoi pas des Final Fantasy.

 

 

POURQUOI UN DECLIN DE LA CONSOLE ?

Pour plusieurs raisons :
- erreur marketing, ce dernier était insuffisant, Sega ayant décidé de passer la publicité au second plan, ils espéraient que le bouche-à-oreille aurait pu se faire facilement mais ils ont oublié que la Saturn avait souffert d'une mauvaise image
- les multiples fins de vie des consoles précédentes :

  • fin de production de la Master System en 1996 en Europe et 1997 au Brésil
  • fin de production de la Megadrive en 1998
  • fin de production de la Saturn en décembre 2000 (l'excellentissime Panzer Dragoon Saga fut le dernier jeu sorti sur la console en 1998 et est devenu aujourd'hui une pièce rare se négociant entre 90 et 150€)
  • fin de production de la Dreamcast en mars 2001 (4 mois à peine après celle de la Saturn)

- les échecs successifs des Mega-CD et 32X ; la Saturn a été plombée aux States et en Europe, mais pas au Japon où elle a cartonné

 

 

ET L'APRES DREAMCAST ?

Il a existé et il continue d'exister ! Au travers d'une console que vous connaissez bien, la Xbox. Plusieurs titres Sega sont sortis en exclu sur la nouvelle (à l'époque) console de Microsoft, notamment Sega GT 2002, Shenmue 2, Jet Set Radio Future, Gun Valkyrie, Panzer Dragoon Orta... D'ailleurs, en regardant dans le boîtier de Sonic Adventure 2, je suis tombé sur une brochure (Sega Great New Games in 2001) qui parle de jeux comme :

- Jet Set Radio 2 (sorti sur Xbox sous le nom de Jet Set Radio Future)

- Get Bass Fishing 2

- House of the Dead 3 (sorti sur Xbox)

- The Mummy

- Heroes of Might and Magic 3

- Soul Reaver 2 (sorti sur PS2)

- Woody Woodpecker Extreme Racing

- Commandos 2

- Planet of the Apes

 

 

J'en passe... mais il y a comme ça quelque chose comme 200 à 300 jeux (voire plus) qui ont été annulés !

Aussi devait-il y avoir une rétrocompatibilité des jeux Dreamcast sur Xbox ! Non, je ne dis pas de conneries. Simplement, cette rétrocompatibilité a été annulée pour une raison claire : le online ! Il devait rester gratuit, mais comme vous le savez, Microsoft c'est pognon, pognon, pognon !

 

 

Isao Okawa, décédé le 16 mars 2001 d'une crise cardiaque à l'âge de 74 ans, était l'un des piliers financiers de Sega. Il a participé à hauteur de 40 millions de $ pour financer le développement de la console. C'est également lui qui souhaitait que le service online reste gratuit si la rétrocompatibilité Dreamcast avait été rendue effective avec la Xbox. Isao Okawa était un riche homme d'affaires, et un grand admirateur de Sega, si grand qu'il a (tenez-vous bien) investi près de 700 millions de $ de sa fortune personnelle pour sauver l'entreprise de la banqueroute.

C'était un homme remarquable qui avait même annulé les dettes que Sega avait envers lui pour les sauver de la faillite. Malgré tout cela, Sega termine dans le rouge avec -250 millions de $ et il n'y a plus d'espoir que de devenir éditeur pour les concurrents.

 

 

C'est avec une larme que je boucle ce long article. Une larme chaude, car mes pensées vont à Sega et à la Dreamcast, console qui ne méritait pas ce qu'elle a connu, console qui a beaucoup apporté.

Les fans de la Dreamcast espèrent qu'un jour, peut-être, Sega reviendra sur le devant de la scène des constructeurs. En attendant, ils doivent se refaire une belle santé.

 

 

A savoir, chères lectrices et chers lecteurs, que cet article fera l'objet d'un prochain podcast qui devrait arriver incessement sous peu, du moins je l'espère car il y a beaucoup à dire sur cette console et son époque. Et aussi parce que, accessoirement, je m'occupe de traduire Shenmue et Shenmue 2 en Français avec une équipe de traduction.

Publié dans Dreamcast

Commenter cet article